TELEVESDRE

L'Hôtel des Ardennes accueille les voyageurs à Verviers depuis 1896

Loading the player...
 21 fevrier 2017 17:10  |   Verviers

L'Hôtel des Ardennes accueille les voyageurs près de la gare de Verviers depuis 1896. Maggy Manco, que tout le monde appelle là-bas Maggy, a repris l'établissement séculaire voilà 7 ans.

Depuis, elle n'arrête pas. Avant son travail d'employée, elle est aux commandes du petit-déjeuner. Le soir, elle s'installe derrière le comptoir. Et le vendredi, elle est en cuisine.

 Un endroit "où l'on peut papoter, rigoler"

"Ce qui me motive, ce sont surtout les échanges internationaux et cet échange avec les clients, soutient Maggy Manco, propriétaire de l'Hôtel des Ardennes. Je pense que les gens viennent chez Maggy parce que c'est un petit moment où l'on peut papoter, où l'on peut rigoler, où l'on peut échanger et les gens disent que c'est difficile de trouver ce genre d'endroits".

A côté des touristes de passage, beaucoup d'habitués s'y arrêtent pour prendre un café depuis des années. Comme ce retraité: "On vient ici pour faire notre pause café. On a travaillé ensemble avec mon collègue et donc on continue à se voir régulièrement. C'est un endroit où l'on est particulièrement bien reçu parce que c'est convivial, il fait calme, facilité de parking". "C'est peut-être ça qui fait la convivialité aussi, c'est un ancien établissement. Il ne faudrait pas qu'ils rénovent les bancs, les tables, c'est tout à fait typique. C'est extraordinaire", renchérit son ancien collègue.

Les boiseries, le comptoir, les plafonds ou les vitraux de la porte d'entrée n'ont pas changé depuis plus d'un siècle. Un cadre que Maggy, comme les précédents propriétaires, veille à préserver.

« On a voulu un petit peu savoir puisque c'est un hôtel qui date de 1896, qui venaient dans l'hôtel. C'étaient beaucoup des ouvriers. Quelque part, aujourd'hui encore, nous avons énormément d'ouvriers qui s'arrêtent chez nous et qui partent travailler sur chantier. Et alors aussi, certains clients diraient qu'on venaient courtiser sa crapaute», détaille Maggy Manco. (A.M.)