TELEVESDRE

Le recrutement du futur Chef de Corps de la Zone de Police Vesdre fait polémique

 17 juin 2017 23:09  |   Verviers

Ce n’est pas encore la sortie de crise dans le dossier de la désignation du nouveau Chef de Corps de la Zone de Police Vesdre. Le prochain conseil de Police du 29 juin devait se pencher sur la question en huis clos mais le point fait déjà débat, surtout au sein du MR qui déclare que la procédure de recrutement ne se passe pas dans une sérénité qui serait pourtant nécessaire affirme-t-il.

« Le jury de sélection classe les deux candidats aptes mais choisit de classer les deux candidats avec un numéro 1 et un numéro 2.  Ne jugeant aucunement de la valeur des membres du jury et de leur choix, il ne faut pas avoir 10 dans le contre-espionnage pour se rendre compte d’un lien fort entre le jury et un parti politique, parti ayant la même couleur que la Présidente du Conseil de Police Madame Targnion. Il n’en fallait pas plus pour allumer la flamme... », déclare Maxime Degey, Chef de groupe MR à Verviers.

Recrutement basé sur du lobbying

Le MR regrette encore que les résultats sont annoncés dans la presse et qu’ils sont commentés par la Bourgmestre de Verviers Muriel Targnion avant même que les conseillers de police ne puissent se saisir du dossier. « Suite aux différents échanges médiatiques, les candidats prennent des contacts avec les différentes formations politiques afin de présenter et défendre leur candidature dans une certaine anarchie. Qui a rencontré qui ? A ce stade impossible de le dire!", se demande Maxime Degey qui parle encore de lobbying mené par des membre de l’opposition et de la majorité politique verviétoise afin de soutenir l’un ou l’autre candidat.

Dans un communiqué, le MR de Verviers affirme qu’il ne participera à aucun marchandage politique et dit regretter le discrédit et les incertitudes qui planent autour de ce recrutement. « Muriel Targnion a manqué de prudence dans la composition du jury et dans ses commentaires sur le résultat avant le conseil de Police » affirme Maxime Degey qui demande que les candidats puissent défendre leur candidature en personne devant le Conseil de Police.