TELEVESDRE

Le départ de Pepinster de la zone de Police Vesdre : Dison veut faire payer !

Photo d'illustration
 19 avril 2017 11:28  |   Pepinster - Dison

Où en est-on avec la volonté affichée de Pepinster de quitter la zone de Police Vesdre pour rejoindre celle du Pays de Herve ? Le bourgmestre de Dison, Yvan Ylieff, a fait le point sur la question en conseil communal ce lundi soir, en réponse à une question de l’opposition Dire. « La seule chose qui soit officielle pour le moment, c’est la demande faite par la commune de Pepinster de quitter la zone.  Un groupe de travail a été constitué dans la zone Vesdre pour étudier les différents aspects de la question, et devrait remettre un rapport incessamment. Si la loi permet ce genre de chose, il y a cependant des conditions. La commune sortante ne peut payer moins que ce qu’elle payait auparavant, et ce pendant deux ans. Et il faut l’accord des autres communes de la zone quittée, ici de Verviers et de Dison. En ce qui concerne Dison, pas question que l’opération coûte un centime de plus qu’actuellement, car  le service resterait évidemment le même. Mais Pepinster représentant à peu près 10 %, il est évident que les charges seront plus lourdes pour les deux communes. Dès lors, pour donner son accord, Dison attend un « geste » de la part de Pepinster. Par exemple, qu’elle paye le double de sa part pendant dix ans, et après, elle pourra librement rejoindre le paradis de Herve. »

Ceci dit sans doute en boutade, mais marque bien la volonté de Dison de ne rien perdre dans l’opération. En tout état de cause, une réponse à la demande de Pepinster devra intervenir d’ici la fin de l’année.

En ce qui concerne une arrivée éventuelle de Limbourg dans la zone Vesdre, rien d’officiel n’est encore acté.

Pour l’anecdote, il faut noter cette sortie d’Yvan Ylieff en réponse à Marc Magnery, qui le disputait sur la responsabilité du parti Ecolo dans le scandale Publifin. «  Les quatre partis sont allés à la soupe ! Mais maintenant que c’est devenu une soupe à la grimace, certains cherchent à se défiler ! ». (Luc Brunclair)