TELEVESDRE

La réplique du cdH : "Les Verviétois n'ont pas à souffrir de polémiques politiciennes"

 20 novembre 2017 15:38  |   Verviers

A Verviers. Le projet immobilier qui concerne l’ex piscine de Mangombroux agite quelque peu la majorité PS-cdH. Hier après-midi, le parti socialiste a envoyé un communiqué de presse fustigeant l’attitude son partenaire dans ce dossier (voir sujet lié, ndlr). Au centre de cette friction : une rencontre entre le cdH et des citoyens verviétois à propos d’une troisième version du projet immobilier prévu à Mangombroux. Rencontre que le PS qualifie de politisation clientéliste.

Ce lundi, le cdH de Verviers n’a pas tardé à réagir, également par voie de communiqué. "Considérant toute surenchère à cette réaction épidermique et volontairement polémique comme contraire aux intérêts de Verviers et nuisible pour l’image des élus en général, nous nous en tiendrons aux faits", précise Xavier Giltay, Président du cdH de Verviers.

Le cdH qui poursuit en tenant également à rappeler quelques éléments : "le collège communal a unanimement pris la décision de solliciter des plans modifiés au projet initial.(...) Sur cette base, un avis préalable positif du collège a été rendu sur une esquisse le 6 octobre dernier, encore une fois à l’unanimité.(...). C’est au promoteur de garder la maîtrise du projet (...) et non à l’administration ou à un quelconque membre du collège".

Le cdH qui précise que "lorsque des riverains s’adressent à des élus pour obtenir des éclaircissements et explications, nous considérons que les principes de dialogue et d’écoute s’impose. (...) L’importation de la rhétorique politique des autres niveaux de pouvoir ne servira pas le dessein du développement de Verviers ni l’image des responsables politiques aux yeux de la population. Le seul objectif pour ce qui concerne le cdH étant de rester concentré sur l’avenir de notre Ville. Nous appelons donc le partenaire de majorité à plus de mesure et de retenue car les Verviétois et les Verviétoises n’ont pas à souffrir de polémiques politiciennes de ce type.", conclut Xavier Giltay.